Une collection privée de voitures de course et de sport Alfa Romeo d’une valeur de 6 millions de livres sterling est mise en vente

L’incroyable collection de voitures de course et de sport du millionnaire suisse Gerald Bugnon, estimée à 6 millions de livres sterling (environ 7,5 millions de dollars), sera vendue aux enchères le dimanche 21 avril à la maison de vente française Osenat. La collection comprend un bateau de course propulsé par Alfa Romeo et huit voitures des années 1950, 1960 et 1970.

Motivé par un amour ardent pour la marque italienne, M. Bugnon a méticuleusement constitué ce remarquable assortiment d’Alfa Romeo, dont la vente aux enchères ne manquera pas de susciter un enthousiasme considérable lors de la vente Osenat qui leur est consacrée. Chaque modèle, de l’élégante et performante Giulietta TI berline de 1958 à l’incroyable Alfa Romeo Racer 1965, véhicule de sport nautique, en passant par la magnifique Tipo 33/2 Daytona de 1969, incarne la passion, la perfection et l’invention. Ces voitures classiques rares ont établi des normes en matière de performances, de technologie et d’esthétique intemporelle.

Les experts et les passionnés s’accordent à dire qu’il s’agit d’une collection importante qui a des implications historiques pour Alfa Romeo. L’éclat et l’attrait des voitures sont renforcés par le fait que nombre d’entre elles ont remporté des victoires en course.

Gerald Bugnon

La rare collection de voitures de sport Alfa Romeo de Gerald Bugnon. Image : Osenat.

Les vacances sur les pistes de ski de Val d’Isère ont marqué le début de la collection de Gérald Bugnon. Une Alfa-Romeo Giulietta Ti croise la famille Bugnon à l’approche de la gare. Le père et le fils David sont captivés par le bruit du tonnerre de cette superbe voiture italienne.

David Bugnon explique : “À partir de ce moment-là, je n’ai jamais cessé de harceler mon père pour qu’il achète une Alfa Romeo. Et c’est ce qu’il a fait, en achetant une Giulietta pour lui et une GTV pour ma mère. Il est resté fidèle à la marque pendant de nombreuses années, tout au long de sa carrière professionnelle”.

A cinquante ans, Gérald Bugnon décide de se constituer une collection de Giulietta. Il s’est procuré une SS après avoir acquis un Spider. Après avoir étudié et appris le passé d’Alfa-Romeo, il se concentre sur les véhicules les plus rares et les plus exquis pour constituer sa collection. Il a participé à de nombreux rallyes en même temps.

David estime que “mon père allie deux passions : les Alfa-Romeo et ses amis : Les Alfa-Romeo et ses amis. Lorsqu’il s’est inscrit au rallye historique de Monte-Carlo, il a aligné quatre ou cinq voitures qu’il a prêtées à ses amis pour la course. La famille Bugnon a toujours entretenu des relations avec Alfa Romeo depuis lors, et mes grands-parents, mes parents, moi-même et maintenant mes enfants avons tous conduit des Alfa Romeo”.

En outre, David explique : “Comme mon père courait de plus en plus en VHC (véhicules historiques de compétition), il a créé une équipe engagée en VHC : Il Biscione Corsa Rossa. Et comme il ne faisait pas les choses à moitié, il a engagé des pilotes (tous d’anciens champions suisses) pour animer les différents championnats. Dans ces rallyes, des pilotes comme Romain Dumas et son papa Maurice ou le célèbre funambule suisse Olivier Gillet, accompagné de son compatriote et navigateur Steve Ravussin, ont pu défendre les couleurs du Biscione Corsa Romand, équipe qu’il a créée pour les participants au Championnat d’Europe des Rallyes VHC”.

Cette demande s’est également traduite par la nécessité de fournir des pièces de rechange et d’assurer l’entretien après les courses, tout en respectant l’histoire de chaque véhicule. C’est dire si l’écurie de course de l’équipe travaillait d’arrache-pied. Olivier Gillet, son mécanicien, pilote et bras droit qui s’occupait du transport, de l’administration et de tout le reste, l’a aidé dans cette tâche au fil des ans.

Il est temps de vendre

“Mais le moment est venu de vendre la collection. Mon père est toujours passionné par les Alfa Romeo, mais dans une moindre mesure, car d’autres activités nous empêchent de profiter pleinement de cette incroyable collection et de l’entretenir comme il se doit. C’est pourquoi nous avons décidé de nous séparer de la partie “historique” de la collection et de ne conserver que les voitures les plus récentes acquises par la famille”, s’enthousiasme David.

LIRE AUSSI  8 courses automobiles parmi les plus prestigieuses du monde

Alfa Romeo 33

Image : Osenat

L’Alfa Romeo 33 représente le retour de la marque dans la première division du sport automobile. Alfa Romeo se retire de toutes les compétitions internationales à la fin de l’année 1951, et la célèbre Disco Volante, qui devait participer aux 24 heures du Mans en 1952, ne prendra jamais le départ. Grâce aux étonnantes GTA, TZ et TZ2, Alfa Romeo renoue avec la compétition au début des années 1960 avec l’aide d’Autodelta. Ces succès obligent Alfa Romeo à envisager à nouveau la compétition internationale. Le projet 105.33 est donc lancé en septembre 1964. Le premier prototype équipé du moteur TZ2 est fabriqué en septembre 1965. Les ingénieurs optent pour un moteur V8 de deux litres, construit clandestinement dans les années 1950. Avec l’Alfa Romeo 33, l’entreprise revient à son apogée. La 33 est la deuxième Alfa Romeo dont le moteur est placé en position centrale arrière, après la Tipo 512 en 1939, et a été construite pour participer au championnat Sports Prototypes.
(Est. EUR 2,000,000-2,500,000)

Alfa Romeo TZ

ALFA ROMEO TZ

Image : Osenat

Alfa Romeo a commencé à développer la remplaçante de la Giulietta sportive au début des années 1960. Sur le plan mécanique, la nouvelle Giulia est équipée d’un moteur de 1570 cm3 qui a été considérablement amélioré pour l’année modèle avec un bloc et une culasse en aluminium. Doté de deux carburateurs Weber 40 à double barillet, il peut développer une puissance de 170 chevaux en compétition et de 112 chevaux en usage civil. La carrosserie est confiée à Zagato, qui la confiera à Ercole Spada après avoir examiné le travail effectué sur la SZ Coda Tronca. Elle offrira une ligne exceptionnellement aérodynamique. Le produit final fut l’un des véhicules de course les plus incroyables de son époque. Alfa Romeo a produit 112 exemplaires au total, sachant que 100 exemplaires étaient prévus au départ. L’histoire du véhicule mis aux enchères commence lorsque Alfa Romeo GB LTD reçoit le châssis TZ 750071 en novembre 1964.
(Est. EUR 800,000-1,000,000)

Alfa Romeo SZ Tonda

ALFA. ROMEO SZ TONDA

Image : Osenat

Le retour d’Alfa Romeo au sommet du sport automobile est symbolisé par la 33. En 1960, en réaction à la Sprint Speciale de Bertone, Zagato présente la Zagato Sprint. Par rapport à sa rivale, la Sprint Zagato est beaucoup plus sportive. Avec une vitesse maximale de 200 km/h, un poids de 785 kg et une puissance de 115 chevaux, la Sprint Zagato a tout de suite été appréciée par les coureurs. L’exemplaire étudié a été livré neuf à Jean Gonguet le 16 février 1962 par le concessionnaire d’Aix-les-Bains. Pilote semi-professionnel ayant couru principalement pour AC Savoie, il a participé aux Coupes du Salon en octobre 1962 et a terminé à une honorable septième place au classement général et à la première place dans la catégorie 1000/1300 cm3.
(Est. EUR 400,000-600,000)

LIRE AUSSI  Les 25 meilleures marques de camping-cars

Alfa Romeo SZ Coda Tronica

ALFA ROMEO SZ CODA TRONICA

Image : Osenat

Sans soufflerie, Zagato a effectué des essais sur route avec le dévoué designer Ercole Spada assis au sol comme chronométreur et les pierres angulaires servant de guide. Après quelques mois, le résultat est prêt et Zagato conduit la SZ modifiée à la victoire au Grand Prix de Monza 1961, battant au passage la SZ améliorée de Micheloti. En réponse à ce succès, la deuxième série de SZ commence à être fabriquée. La deuxième série reprend toutes les caractéristiques mécaniques de la première SZ. Il est intéressant de noter que l’automobile a perdu 15 kg et pèse désormais 840 kg au lieu de 850 kg après avoir été allongée. Ces améliorations ont permis à la vitesse de pointe de dépasser confortablement les 200 km/h, avec un léger flirt avec les 215 km/h. Le 7 décembre 1962, l’exemplaire mis aux enchères est sorti des ateliers de Zagato. La voiture a été livrée le 15 janvier 1963 par Louwman & Parqui, un importateur néerlandais basé à Leidschendam. Il s’agit de l’un des rares châssis dont les freins à disque avant ont été installés dès l’usine.
(Est. EUR600,000-800,000)

Alfa Romeo Giulietta Spider

ALFA ROMEO GIULIETTA SPIDER

Image : Osenat.

Voyant la possibilité d’un roadster construit à partir de la future Giulietta Sprint, la société Hoffman Motor Cars, basée à New York, devient l’importateur officiel d’Alfa Romeo aux États-Unis au début des années 1950. Alfa Romeo et Hoffman ont travaillé en étroite collaboration pour concevoir un roadster basé sur le châssis de la Giulietta Sprint vers la fin de l’année 1953. Rudolf Hruska, ingénieur de la marque en charge du projet Sprint, sera responsable du développement. Un châssis motorisé est prêt assez rapidement. Il porte le numéro AR 1495 0000. Celui-ci sera préservé de la carrosserie.

Hruska contacte Bertone et Pininfarina, deux carrossiers de Turin, pour leur demander de prendre en charge deux châssis chacun. Ils sont chargés de mettre en œuvre leurs suggestions pour la future “Giulietta Spider”. Les châssis 003 et 002 seront envoyés à Pininfarina, qui les utilisera pour créer deux expériences stylistiques non fonctionnelles. Après l’approbation du design par Max Hoffman, le châssis 0003 est à nouveau transporté à Turin pour créer un prototype fonctionnel. C’est ce véhicule qui est mis aux enchères. Son châssis fera quatre fois l’aller-retour entre New York et Turin pour la certification finale, une fois la carrosserie refaite. Pininfarina a ainsi battu Bertone dans l’obtention du contrat.
(Estimé à 350 000-450 000 euros)

Alfa Romeo 750 SS

ALFA ROMEO 750 SS

Image : Osenat

Grâce à son brillant designer Franco Scaglione, Alfa Romeo et Bertone travailleront ensemble pour créer des projets extraordinaires. La “Sprint Speciale” a été développée pour la première fois en 1957 comme prototype par les projets “BAT” (Berlina Aerodinamica Tecnica) et “Disco Volante”, et elle a commencé à être produite en série en 1959. La voiture a été modifiée à partir de 1960 pour répondre à la réglementation américaine. Une centaine d’unités de la première série, la 750 SS, ont été fabriquées pour recevoir l’homologation nécessaire à l’utilisation en compétition. Cette série particulière est identifiée par le museau “Muso Basso” et l’absence de pare-chocs.

Le 48e modèle produit et mis aux enchères a été livré neuf le 19 août 1959 par le concessionnaire Porto au Portugal, sous le numéro d’immatriculation OP 21-55. Manuel Nogueira Pinto, le célèbre pilote portugais des années 1960, en était le premier propriétaire. Il a participé à de nombreuses compétitions dès qu’il a reçu sa voiture. Inscrit sous le numéro 11, il a terminé deuxième de l’épreuve de Vila do Conde en 1959.
(Est. EUR300,000-350,000)

LIRE AUSSI  Trouvez la voiture de vos rêves dans les ventes aux enchères : Voici comment

Alfa Romeo GTA

ALFA ROMEO GTA

Image : Osenat

La version officielle de compétition de la Giulia Sprint GT, la GTA, a fait ses débuts en 1965 et était disponible en configuration de course (corsa) et de route (stradale). La section compétition de l’usine Autodelta était chargée de cette dernière. La GTA se distingue par ses panneaux de carrosserie en aluminium, ses vitres latérales et arrière en plexiglas et ses aménagements intérieurs légers. Ainsi, la GTA pèse 200 kg de moins qu’une Sprint GT. L’emblématique moteur quatre cylindres à double arbre à cames d’Alfa, d’une cylindrée de 1 570 cm3, a subi des modifications importantes pour la GTA. L’angle des soupapes a été abaissé de 90 à 80 degrés et la taille des soupapes a été considérablement augmentée. L’allumage double a été retenu car il n’y avait plus d’espace pour une bougie centrale entre les deux cylindres. Le moteur modernisé développe 115 chevaux en version route et jusqu’à 150 chevaux en version course. Le 20 mars 1966, à Monza, la GTA fait ses débuts en course lorsque Andrea de Adamich et Teodoro Zeccoli remportent la course de quatre heures du Jolly Club.
(Est. EUR180,000-250,000)

Alfa Romeo TI

ALFA ROMEO TI

Image : Osenat

Alfa Romeo considère la Giulietta, née en 1955, comme le point positif d’une période d’après-guerre difficile pour l’entreprise du Biscione. Cette berline quatre portes, à la fois compacte et sophistiquée, était parfaitement adaptée à l’usage auquel elle était destinée, comme en témoignent ses excellentes caractéristiques de conduite et son prix raisonnable. L’année 1957 voit l’introduction de l’édition Tourisme Internationale (TI). Elle est propulsée par un moteur en aluminium de 1300 cm3 à double arbre à cames en tête. Avec 65 chevaux, elle atteignait alors environ 160 km/h.

Elle s’est fait connaître dans des compétitions célèbres comme le Tour de France Auto, les Mille Miglia et le Monte-Carlo. Le véhicule que nous présentons a été expédié tout neuf de France le 24 avril 1958 à la concession parisienne de la marque dans sa configuration actuelle : une Elvezia bleue avec garniture et sellerie pied-de-poule. C’est à partir de son immatriculation 188 QF 31 en Haute Garonne en 1970 que l’on retrouve sa trace. Jusqu’en 1990, il restera dans la région de Toulouse. Ensuite, un passionné de Charente Maritime l’achète et le conserve jusqu’en 2001. Elle avait besoin d’être remise en état lorsque M. Bugnon a acheté cette Giulietta en juillet 2001.
(Est : EUR25,000-45,000)

Bateau de course à moteur Alfa Romeo

Bateau de course Alfa Romeo.

Image : Osenat.

Connu pour ses coques de compétition pour moteurs hors-bord, Angelo Molinari a également été actif dans les classes de bateaux de course in-board, en particulier dans la classe des 1300 cm3 au début des années 1960. Le yacht que nous allons vous présenter a été acheté par le légendaire pilote de course Michel Barone en 1971. En 1971, ce dernier a échangé sa machine contre ce Racer pour concourir dans la classe R2, en utilisant un racer de 1300 cm3. Avec un moteur Alfa Romeo réalésé à 1500 cm3 pour la compétition R2, Michel Barone a pu remporter le championnat du monde 1973 avec ce bateau. Ce bateau est en bon état mais n’a pas été utilisé depuis une dizaine d’années. Avant de pouvoir être utilisé à nouveau en compétition, il a besoin d’être entretenu et remis en route.
(Est. EUR20,000-30,000)

Pour plus d’informations sur les voitures classiques et de luxe, cliquez ici.

author avatar
Julien Rédacteur
Julien, j'aime le high tech et tout ce qui tourne autour des spiritueux et je partage cette passion sur ce site.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts