Azimut dévoile ses partenariats pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

Le Magellano 60 d’Azimut peut utiliser le biocarburant HVOlution. Photo : Azimut

Azimut a organisé une conférence de presse au Festival de la Plaisance de Cannes sur ses efforts pour réduire l’impact environnemental en diminuant les émissions de CO2.

Le chantier naval a présenté les résultats de ses efforts, certifiés par un panel scientifique indépendant, et les nouveaux objectifs à poursuivre avec ses partenaires : le Politecnico di Torino, Eni Sustainable Mobility, Lloyd’s Register et Superyacht Eco Association, une organisation à but non lucratif créée par le Yacht Club de Monaco et le Crédit Suisse. Parmi les étapes importantes du parcours écologique d’Azimut, on peut citer la première pile à combustible testée à bord, le premier yacht hybride et une flotte de Low Emission Yachts qui émettent jusqu’à 30 % de CO2 en moins que des bateaux comparables à propulsion par ligne d’arbre.

Giovanna Vitelli, présidente du groupe Azimut-Benetti, a déclaré : “Nous ne nous contentons pas d’attendre les solutions du futur, mais nous combinons la recherche orientée vers l’avenir avec les réponses concrètes d’aujourd’hui, en validant nos recherches avec les meilleurs organismes scientifiques et de certification.”

Cette démarche passe par la recherche d’alternatives aux énergies fossiles, une activité menée par le département R&D du groupe, qui consiste à prospecter et tester des solutions allant du biodiesel aux carburants de synthèse. La volonté d’évaluer quelle solution pourrait être immédiatement applicable et efficace avec une méthode scientifique et objective a conduit le chantier naval à contacter le département de l’énergie du Politecnico di Torino et le professeur Massimo Santarelli, professeur de systèmes énergétiques avancés à l’université piémontaise et à l’Institut royal de technologie KTH de Stockholm.

Le Politecnico, fort de l’expérience acquise dans les secteurs de l’automobile et de l’aviation, a mené une étude indépendante et approfondie sur les carburants alternatifs pour l’industrie de la navigation de plaisance. L’étude analyse le biodiesel HVO, le méthanol et l’hydrogène, en comparant leur efficacité, leur sécurité, leur disponibilité et leurs coûts à court et à moyen terme.

Présentés par le professeur Santarelli, les résultats ont mis en évidence les avantages du biodiesel par rapport au méthanol et à l’hydrogène. Le méthanol vert ou synthétique, le plus efficace pour réduire les émissions de CO2, est une option qui ne peut être mise en œuvre à court terme en raison de problèmes critiques liés à la production et à la distribution, mais qui pourrait être prometteuse à plus long terme. Le méthanol gris, quant à lui, a une empreinte de cycle de vie plus élevée que le diesel traditionnel. L’hydrogène représente une alternative lointaine en raison de la complexité du stockage et de la gestion de la sécurité à bord.

LIRE AUSSI  Le Princess F65 bat le pavillon de la classe F

“Aujourd’hui, le biodiesel est la seule alternative viable au carburant fossile et, à l’heure actuelle, la plus efficace pour contribuer à la décarbonisation du secteur de la navigation de plaisance”, a déclaré le professeur Santarelli.

Le biodiesel HVO est actuellement l’une des solutions les plus mûres, prête à être utilisée immédiatement et de manière pratique, car son adoption ne nécessite pas de modifications importantes du système de stockage ou de propulsion. L’étude réalisée par le Politecnico di Torino souligne la récente collaboration du groupe avec Eni Sustainable Mobility, l’entreprise d’Eni qui se consacre à l’accélération de la voie vers la neutralité carbone de la mobilité. L’accord, annoncé en juin, prévoit le remplacement du carburant utilisé pour les essais en mer, les tests techniques et les transferts de prototypes et de bateaux nouvellement produits – environ 700 000 litres au total par an – par HVOlution.

Le biocarburant Eni est fabriqué à partir de matières premières renouvelables* et réduit les émissions de CO2 jusqu’à 90 % par rapport au mélange fossile de référence, en fonction des matières premières spécifiques utilisées pour sa production**. Le département R&D du Groupe Azimut-Benetti a été le premier à tester de manière approfondie le biocarburant HVOlution pour une utilisation dans le secteur nautique. Azimut a également utilisé du biodiesel lors de tests spécifiques en laboratoire du nouveau Magellano 60 qui, pendant l’été, a navigué en Méditerranée propulsé par le HVO.

Les tests ont permis de constater une réduction de plus de 80 % des émissions de CO2 en période de veille par rapport à un yacht de taille comparable propulsé par un carburant fossile.

Azimut-Benetti collabore avec Lloyd’s Register et SEA Index

Après deux décennies de recherche pour réduire les émissions de CO2, le chantier naval observe une croissance significative de l’importance des émissions comme facteur discriminant dans l’achat d’un yacht. Cette tendance met en évidence l’absence d’informations standardisées et transparentes permettant aux propriétaires de collecter, de lire et de comparer les données et les évaluations, qui sont généralement proposées dans les secteurs de l’automobile et de l’immobilier.

LIRE AUSSI  Dynamiq GTT 160 - Le plus beau yacht de moins de 50 mètres
Image de synthèse de l'Azimut Seadeck 9
CGI de l’Azimut Seadeck 9

Le groupe a commencé à collaborer avec Lloyd’s Register et la Superyacht Eco Association qui, à travers le SEA Index, calcule les émissions de CO2 des yachts de 25 à 100m et plus. En septembre, Azimut est devenu membre corporatif du SEA Index afin de soutenir l’association dans la définition d’un indice objectif d’émission de carbone permettant de comparer les yachts de moins de 24m.

Azimut, en collaboration avec Lloyd’s Register – l’un des principaux organismes de classification du secteur maritime – a réalisé un plan de certification de la consommation et des émissions de CO2 dans des conditions standard.

Sur la base des tests effectués sur les yachts Azimut et d’une base de données intégrée aux résultats du chantier, Lloyd’s a développé un indice de comparaison pour la Superyacht Eco Association qui exprime les émissions de CO2 par rapport au volume du bateau et à la vitesse de référence (g CO2/GT.NM), données détenues par tous les chantiers et facilement détectables lors d’un essai en mer.

L’indice présente des critères essentiels et peut devenir un point de référence pour les producteurs, les techniciens et les spécialistes du secteur.

Natalie Quévert, secrétaire générale de la Superyacht Eco Association, a déclaré : “L’indice SEA a été créé pour mobiliser le secteur afin qu’il entreprenne des interventions concrètes pour réduire les émissions de CO2. Grâce au partenariat avec Azimut, SEA Index peut également certifier des yachts de moins de 24m, avec l’ambition d’atteindre un certain nombre de propriétaires pour lancer un mouvement sans précédent.”

Azimut a jeté les bases d’une nouvelle phase de l’industrie nautique, plus consciente de la nécessité de réduire l’impact sur l’environnement. Il certifiera progressivement tous les nouveaux bateaux dans le but de rendre les données de consommation et d’émissions accessibles à la consultation. Les nouveaux ambassadeurs de la voie verte du chantier, le Seadeck 9 et le Grande 30M, sont parmi les premiers modèles concernés par le programme.

LIRE AUSSI  Asia Global Yachting représente Tyde

Le Seadeck 9 a été annoncé comme le troisième modèle Seadeck représentant la première série de yachts hybrides pour les familles et le plus efficace jamais créé par Azimut, atteignant une réduction des émissions de CO2 allant jusqu’à 40 %, entre la navigation et le temps passé à l’ancre, par rapport à un bateau à flybridge traditionnel de taille similaire.

Le Grande 30M, présenté en avant-première lors de la conférence de presse à Cannes, marque une nouvelle étape dans la collaboration du chantier avec ZF. Ce mode sera le premier équipé du nouveau POD 4900, développé par Azimut en partenariat avec ZF.

Marco Valle, PDG du Groupe Azimut-Benetti, a déclaré : “Il y a moins d’un an, j’annonçais la volonté du Groupe d’impliquer le monde nautique dans le développement d’un indice objectif de comparaison des consommations et des émissions. Aujourd’hui, grâce à la collaboration avec Lloyd’s et SEA Index, cet outil existe. Les yachts Azimut présents à Cannes sont affichés avec leurs principales données d’impact, certifiées par une tierce partie et partagées avec les propriétaires ainsi que le public.”

* Conformément à la directive européenne 2018/2001 “REDII”.

** Selon le critère conventionnel de la directive (UE) 2018/2001 ” REDII “, la réduction des émissions de CO2eq de l’HVOlution le long de la chaîne logistique-production en 2022 était comprise entre 60 % et 90 %, par rapport au mix fossile de référence (soit 94g CO2eq/MJ), en fonction des matières premières utilisées pour sa production.

Cet article a été publié pour la première fois sur yachtstyle.co

Pour plus d’informations sur le yachting, cliquez ici.

author avatar
Marie Rédactrice
Rédactrice chez Produit Luxe. Passionnée par les bateaux de plaisance, j'aborde ce sujet et son actualité sur produit-luxe.com
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts